Autonomie Les jeunes retraités et le changement climatique

Les jeunes retraités et le changement climatique

Conscience écologique et pratiques domestiques


Recherche

Comment les jeunes retraités appréhendent-ils la perspective du changement climatique ? C’est la question que Mélissa-Asli Petit et Anne-Bérénice Simzac ont voulu analyser dans cette nouvelle recherche Leroy Merlin Source. Pour cela elles ont interrogé des jeunes retraités de Paris, Lyon, Nancy et Rennes sur l’ensemble des pratiques ayant un impact sur l’environnement : la gestion des déchets, l’isolation du logement et la consommation d’énergie, la consommation d’eau, l’alimentation, les pratiques d’achats et la mobilité.

Un sujet d’étude inédit : les jeunes retraités

Les crises écologiques liées au réchauffement climatique (sécheresses, inondations, effondrement de la biodiversité, pollutions massives des terres cultivables et des eaux naturelles…) se multiplient depuis plusieurs décennies. A ce contexte environnemental, s’ajoute une transition démographique majeure. En France, la population des personnes âgées de 75 à 85 ans va augmenter de 2 millions d’ici 2030. Des études ont déjà été réalisées sur l’engagement de jeunes générations pour le climat. En revanche, peu de travaux existent sur les retraités et leur rapport au changement climatique.

Investiguer les pratiques environnementales des jeunes retraités, 60-75 ans

L’objectif de ce chantier de recherche ? Comprendre comment les jeunes retraités s’approprient et déclinent les gestes écologiques du quotidien dans et autour de leur logement. Quelles pratiques écologiques ont-ils développé ? Comment décrivent-ils leurs gestes écologiques du quotidien ? Pourquoi certains gestes sont-ils réalisés et d’autres non investigués ? Quels sont les facteurs qui influencent ces pratiques ? Quels sont les moments forts tout au long du parcours de vie qui contribuent à faire évoluer les gestes et la sensibilité écologique des retraités ? Comment le contexte actuel influe sur ces pratiques et sensibilités ? Quels impacts les politiques communales et gouvernementales portant sur cette thématique ont sur les pratiques des jeunes retraités ?

Distinguer finement usages, écogestes et pratiques environnementales

Grâce à leurs observations à domicile et aux entretiens, Mélissa-Asli Petit et Anne-Bérénice Simzac distinguent trois types de pratiques quotidiennes ayant un impact sur l’environnement :

  • Les usages liés à des habitudes familiales transmises qui s’ancrent dans des traditions familiales plus ou moins prégnantes. Comme par exemple, limiter sa consommation d’eau lorsque l’on se lave, faire son compost car « on a toujours fait comme cela ». Ces pratiques quotidiennes sont ancrées chez les personnes qui les mettent en œuvre depuis plusieurs années. Mais elles ne sont pas conscientisées. Elles sont souvent sans lien avec la conscience écologique.
  • Les écogestes constituent un ensemble de pratiques quotidiennes, de « petits gestes », qui visent à préserver l’environnement. Prendre son vélo plutôt que sa voiture, installer un mousseur sur son robinet, faire le tri de ses déchets ou encore réduire de quelques degrés son chauffage. Mais ils peuvent également se traduire par des actions plus lourdes. Certains isolent leur logement, s’équipent en électroménager moins consommateur d’énergie ou changent leur vieille chaudière pour un modèle plus sobre. Les écogestes peuvent être réalisés de façon éparse ou ponctuelle sans s’inscrire dans une démarche globale. Ils sont motivés par une conscience écologique. Mais ils peuvent aussi émaner d’une volonté de réduire ses dépenses, d’améliorer son état de santé ou son confort.
  • La pratique environnementale regroupe un ensemble d’actions quotidiennes formant un mode de vie tourné vers la préservation de l’environnement. Elle est définie par une forme de réflexion poussée sur ses pratiques quotidiennes. Et par une mise en œuvre réfléchie, régulière et pérenne de diverses actions pour protéger l’environnement. La pratique environnementale est fortement motivée par une volonté d’agir pour le climat, de ne pas détériorer davantage l’environnement et de trouver toutes les alternatives possibles pour limiter au maximum l’impact des activités humaines sur l’écosystème.

Un rapport évolutif à l’écologie marquée par une sensibilité au contexte

Les pratiques des retraités ont évolué au cours de leur parcours de vie. Que ce soit en lien avec le contexte sociétal, leur composition familiale ou du fait de rencontres ou d’événements marquants. Tous ont également des pratiques ancrées dans leur éducation et leur enfance.

Le contexte sociétal influence plus que l’âge

L’effet d’âge n’apparait finalement pas comme un élément d’analyse de la recherche. Les comportements écologiques sont plus fortement influencés par le contexte sociétal que par l’âge. En effet, les jeunes retraités ont été confrontés à des événements marquants au cours de leur jeunesse. Ceux-ci ont influencé leurs comportements et sensibilité (en faveur ou non de la cause écologique). Cette influence peut subsister fortement dans le temps, mais peut aussi être modifiée en fonction des évolutions de société. Comme cela semble être le cas actuellement avec les discours sur l’ampleur du changement climatique et la multiplication des incitations à mettre en œuvre des écogestes.

Des étapes clés dans leur existence

La frise chronologique réalisée par Mélissa-Asli Petit et Anne-Bérénice Simzac révèle cet enracinement des jeunes retraités dans des décennies marquées par les catastrophes industrielles, la publication de rapports internationaux, nationaux et nationaux sur le changement climatique et ses effets sur l’environnement et enfin des mobilisations et la publication de lois ayant pu marqué et nourrir leur sensibilité écologique. Les jeunes retraités interrogés sont ainsi positionnés à deux périodes clés de leur existence : leur vingtaine et l’année de leur passage à la retraite.

Cinq profils de jeunes retraités face au changement climatique

La retraite apparaît comme un moment de vie qui amplifie les pratiques et les sensibilités déjà existantes, mais qui ne les reconfigure pas totalement. Les interactions avec les proches sont peu marquées par l’écologie, excepté pour les retraités les plus engagés. La transmission est plus marquée avec les petits-enfants. Celle-ci passe essentiellement par des temps partagés, où les petits-enfants expérimentent des écogestes en présence de leurs grands-parents.

Mélissa-Asli Petit et Anne-Bérénice Simzac ont ainsi formulé cinq profils-types de jeunes retraités en s’appuyant sur deux variables : les pratiques écologiques et environnementales et la sensibilité à l’écologie et à l’environnement.

  • Les militants. Ce sont les retraités ayant une pratique environnementale qui se forge dans des usages liés à au moins une habitude familiale plutôt frugale. Puis qui se déploie depuis leur vie d’adulte dans de multiples écogestes.
  • Les méfiants. Ils ne s’inscrivent pas dans la mise en œuvre d’une pratique environnementale. Les gestes du quotidien effectués peuvent être liés à des habitudes familiales, qu’ils ont intégrées comme allant de soi sans mettre en perspective leur impact sur l’environnement.
  • Les économes. Malgré la pratique de nombreux écogestes, ils ne développent pas de pratique environnementale.
  • Les modérés. Ils tendent vers une pratique environnementale tout en aspirant à la cohérence et à l’impact de leurs actions.
  • Les paradoxaux. Ils ont l’intention d’avoir une pratique environnementale, mais n’en ont pas au regard de leurs actions quotidiennes. Ils endossent des postures de militants sans les traduire par des écogestes.

Découvrir la recherche sur les jeunes retraités et le changement climatique

Trois documents présentent les résultats de la recherche :

  • Un rapport de recherche,
  • La synthèse de la recherche,
  • Une frise chronologique des événements climatiques, politiques et sociaux qui ont accompagné la vie de ces jeunes retraités de leur années de jeunesse à aujourd’hui.
Voir la synthèse Voir le rapport

Publications des mêmes auteurs

Autonomie
Les jeunes retraités et les objets connectés, une recherche de Mélissa-Asli Petit

Âgés de 60 à 70 ans, les jeunes retraités sont très intéressés par les objets connectés. Leur logement est d’ailleurs…

Habiter
L'aménagement du logement des jeunes retraités

Le passage à la retraite reste un moment qui peut être problématique. Temps de transformation profond, il voit les femmes…

Autonomie
Les retraités : une richesse pour la France ?

Mélissa Petit, sociologue, a mené pour Leroy Merlin Source une recherche exploratoire sur les aménagements du logement dans les cinq…

Articles sur la même thématique Autonomie

Autonomie
L'ergothérapie et les adaptations des logements au vieillissement

En quoi les préconisations des ergothérapeutes permettent-elles l’adaptation des logements au vieillissement ? Comment améliorent-elles la qualité de vie des…

Autonomie
Vieillissement et habitat : vieillir chez soi au Japon

Cette cinquième contribution de Camille Picard vient clore une série de publications sur l’habitat au Japon : la flexibilité des…

Autonomie
« De l’Ehpad à l'Ehpad. Déménager au temps du covid-19 »

À la fin de ce documentaire passionnant, qui ne cesse d’ouvrir des questions toujours plus profondes sur ce que signifie…

Autonomie
Design et vieillesse : vivre (presque) comme chez soi en Ehpad

Le design peut-il aider à mieux penser le temps de la vieillesse, et notamment en Ehpad ? C’est la question…