Habiter Découverte de l’habitat à vélo de Thibault Briquet : étape au Sahara occidental

Découverte de l'habitat à vélo de Thibault Briquet : étape au Sahara occidental

Africabitat, à la découverte des modes d’habiter en Afrique


Reportage

Thibault Briquet est parti à vélo découvrir l’habitat et les modes d’habiter en Afrique. Il partage chacune des étapes marquantes de son voyage. Après l’hospitalité du salon marocain, il nous raconte son étape au cœur du Sahara occidental. Et plus particulièrement dans les campements de pêcheurs.

Découverte de l’habitat par Thibault Briquet : la vie dans un campement de pêcheurs

Les pêcheurs de cette zone de pêche très active vivent dans des villages composés de tentes. Ils sont parfois jusqu’à 4000 comme dans le campement de Lassarga. La majorité des pêcheurs exerçaient déjà ce métier au Maroc dans les villes de Safi, Agadir, Essaouira. La rareté du poisson les a poussés à quitter leur ville natale pour venir là où il abonde. Dans ces campements, les pêcheurs se regroupent par ville d’origine dans ce qui s’apparente à des quartiers.

Le campement de pêcheurs : des conditions précaires

Les pêcheurs vivent là à l’année, loin de leur famille, sans femmes ni enfants. Dans les campements, la pollution est marquante (déchets plastiques, huile de moteur…). Les quelques abris en agglo avec des portes métalliques sont dédiés au stockage des équipements de valeur (moteurs, essence). Les pêcheurs vivent dans des tentes dont la structure en bois est recouverte d’un bric-à-brac de matériaux de récupération : bâches, filets, tapis, plaques métalliques, etc. Si certains habitants font un effort esthétique avec un assemblage harmonieux de matériaux, de couleurs, c’est l’anarchie totale pour d’autres.

Tente de pêcheurs : entrer dans l’intime de l’habitat

Thibault Briquet a l’occasion d’analyser cet habitat plus en détail en entrant dans l’une de ces tentes pour partager un repas avec un père et son fils. Sa première impression ? L’étroitesse de l’intérieur. L’épais feuilletage des multiples toiles réduit l’habitat à une basse pièce centrale. Deux couchettes surélevées, au-dessus d’une dalle en béton, se trouvent à chaque extrémité de la pièce. Comme sur un bateau. La diversité et l’entrelacement des matières apportent une dimension particulière et authentique à cet endroit.

Toutes les étapes de l’exploration sur l’habitat en Afrique de Thibault Briquet sont disponibles le site africabitat.com

Voir le document

Articles sur la même thématique Habiter

Habiter
Arts et sciences humaines : quelles collaborations pour la recherche ?

Que peuvent apporter l’art & les artistes à la recherche en sciences humaines ? Pourquoi faire travailler ensemble des chercheurs…

Habiter
La photographie dans la recherche : entretien avec Hortense Soichet

Dans cet entretien, Hortense Soichet, photographe et chercheure, répond aux questions de Pascal Dreyer sur l’apport de la photographie à…

Habiter
Insomnie, habiter la nuit : entretien avec Lise Benincà et Marie-Reine Portailler

Pascal Dreyer, coordinateur Leroy Merlin Source, vous invite à la rencontre Marie-Reine Portailler et Lise Benincà pour un voyage en…

Habiter
Habitant de passage en Afrique : la place du linge dans l'habitat au Gabon

Pour cette nouvelle étape de son voyage de découverte de l’habitat en Afrique, Thibault Briquet fait le choix de rallier…