Habiter Habiter seul.e : une recherche sociologique de Camille Duthy

Habiter seul.e : une recherche sociologique de Camille Duthy

Le logement comme gage de stabilité


Entretien

Denis Bernadet vous invite à la rencontre de Camille Duthy et de sa recherche sociologique sur les spécificités de l’habiter seul.e. L’intitulé de sa thèse : « Les solos : entre émancipation et solidarité. Sociologie des épreuves de la solitude résidentielle en milieu urbain ». La particularité de son travail ? Interroger ce que signifie vivre seul ou habiter seul.e en ville au-delà des profils type et des caricatures.

Habiter seule.e : une définition sociologique pour la vie en solo ?

Camille Duthy a enquêté auprès de 38 personnes de 30 à 50 ans, avec et sans enfants. Son constat : la vie en solo est un sujet de controverse. Pourquoi ? Car ce n’est pas une catégorie en soi. Les situations de vie en solo sont désormais fréquentes dans nos vies ponctuées de ruptures et transitions. Sa recherche sociologique permet à Camille Duthy de conclure qu’habiter seul.e n’est pas fatalement vécu par dépit. Les habitants donnent du sens à cette expérience. Pour la chercheuse, le terme « solo » est un prétexte pour répondre à la question « comment se construit l’individu contemporain entre d’une part le besoin anthropologique d’avoir des liens, et d’autre part une recherche d’émancipation, d’autonomie ? « 

Habiter seul.e : recherche sociologique de Camille Duthy sur le lien au logement

Ce qui ressort très fortement dans le rapport au logement quand on habite seul.e, c’est la question de la stabilité. Dans les entretiens de Camille Duthy, le logement apparaît comme la principale entrée pour se stabiliser dans la vie. Sans pouvoir affirmer que c’est une spécificité des solos, la chercheuse suppose toutefois qu’en couple et en famille, la stabilité passe moins par le logement car la conjugalité apporte une forme de sécurité. Pour les solos, stabilité et sécurité passent avant tout par le logement, et secondairement par les relations amicales.

Habiter seul.e : le défi des liens sociaux

Dans sa recherche sociologique, Camille Duthy souligne en effet l’importance et la qualité des liens sociaux pour ces citadins qui ont choisi d’habiter seul.e. « J’y vois une continuité : les gens n’ont pas moins envie d’être ensemble qu’avant, moins envie de se voir, moins envie d’être reliés. Mais les manières de faire lien ont considérablement évolué. » Elle souligne aussi les difficultés qu’ont les individus à mettre tout cela en musique dans leur vie, dans leur tête. Leur défi : parvenir à la fois à être rattaché.e aux autres tout en devant être autonome. Réussir à être indépendant.e et faire par soi-même. C’est une pression sociale et aussi une pression qu’on se met à soi-même.

Voir le document

Articles sur la même thématique Habiter

Habiter
Nouvelle recherche sur l'habitat : le pavillonnaire urbain

LEROY MERLIN Source présente sa nouvelle recherche sur l’habitat qui s’intitule Réenchanter le pavillonnaire urbain des années 1950-1970. Une recherche…

Habiter
Conférence habitat : quel avenir pour le pavillonnaire urbain ?

Le 26 septembre 2022, Viviane Hamon, Hortense Soichet et Lionel Rougé partageront les résultats de leur recherche sur le pavillonnaire…

Habiter
Recherche habitat en photographies : réenchanter les pavillons urbains

L’équipe de recherche, incluant la photographe et chercheure Hortense Soichet, a composé une version photographique de sa recherche habitat sur…

Habiter
Conakry : 7ème étape de la découverte de l'habitat en Afrique

Depuis plusieurs mois maintenant, Thibault Briquet, 25 ans, voyage à vélo pour sa découverte de l’habitat en Afrique et les…